Nos éleveurs
100%producteurs
Jacques et Stéphane
ils nous parlent d'eux, de leur métier

Cette semaine, nous retrouvons Jacques et Stéphane du GAEC des Myrtilles dans le village de Bugeac en Haute-Loire. 

Le GAEC est situé à 1200m d’altitude.

Jacques s’est installé avec notre père puis Stéphane nous a rejoint dans les années 90. A l’époque, les quotas ne nous permettaient pas d’augmenter le litrage donc avec la venue de Stéphane, nous introduisons un troupeau de vaches allaitantes.

En 2000, nous avons construit le bâtiment que vous voyez sur la photo.

Dès 2011, nous avons adhéré à Mont Lait pour permettre une meilleure valorisation de notre lait.

Nos vaches sont des Abondances, et ce, depuis toujours. Elles sont mieux adaptées à la montagne mais ont un peu plus de caractère que les Montbéliardes. Nous en avons une quarantaine qui sortent du 1er mai à la Toussaint environ.

 

Jacques et Stéphane

Cette semaine, nous retrouvons Jacques et Stéphane du GAEC des Myrtilles dans le village de Bugeac en Haute-Loire. 

Lire la suite >
carte
surface
chiffre

Derrière Mont Lait se cache tout un territoire, mais aussi et surtout des hommes et des femmes animés par la passion et l’engagement.

Être éleveur, cela s’exprime au quotidien : soigner les animaux, les nourrir avec une alimentation de qualité, être attentif à leur bien-être. Pas de vacances, pas de jours fériés pour les vaches. Et pourtant, vous verrez que nos éleveurs sont heureux. En effet ils ont la chance d’exercer un métier passion !

Nos éleveurs sont aussi engagés auprès de la société. Responsables d’une partie de votre alimentation quotidienne, ils sont soucieux de produire un lait de qualité, tant sur le plan sanitaire, que nutritionnel et gustatif. Fidèles à cet engagement, ils ont décidé, à travers l’association des producteurs de lait de montagne, de mettre en place un cahier des charges, garantissant l’authenticité de leur démarche :

  • Respect du bien-être animal, en laissant les vaches pâturer et ainsi exprimer leur comportement naturel,
  • Respect de l’environnement, en préservant les prairies,
  • Respect du consommateur, en produisant un lait riche des bienfaits d’une alimentation basée sur l’herbe.

La mise en place de ce cahier des charges est actuellement en cours.

Vincent
Vincent
Vincent
Vincent
Cette semaine, nous retrouvons Vincent du GAEC D’AURELLES à Chateauneuf de Random en Lozère. Le GAEC est composé de mon père et moi depuis 2015. Avant le GAEC j’ai été salarié de 2005 à 2015. Notre exploitation de 94 hectares est située à 1180m d’altitude, nous nourrissons les animaux uniquement avec de l’herbe. Nous avons 35 vaches plus le renouvèlement en race Abondance. J’ai une passion pour cette race. Avant nous achetions les vaches et maintenant nous faisons du renouvèlement afin d’obtenir un troupeau homogène. Quand se sera le cas, nous ferons peut-être des concours. J’ai deux enfants de 6 ans et 2 mois, la vache qui est sur la photo est celle de l’un d’eux. Nous sommes adhérents à l’association depuis sa création et faisons dès que nous le pouvons des animations en magasin.
Didier
Didier
Didier
Didier
Cette semaine, nous retrouvons Didier, à St Christophe en Aveyron. J’ai repris l’exploitation en 2005 suite au départ à la retraite de mon père. Je suis en individuel, mon frère m’aide pour les travaux des champs et le salarié de la Cuma intervient 1 à 2 jours par mois. J’ai 28 vaches et les génisses de renouvellement sur l’exploitation. J’exerce un autre métier : je suis technicien troupeau bovin lait. Mes journées sont donc longues surtout en hiver quand vaches et génisses sont dedans. Ayant une petite exploitation, j'ai souhaité conserver cette activité que j'exerçais avant mon installation par passion et pour conforter les revenus de ma ferme. J’aime les vaches et mon métier de producteur de lait. Je me souci de la santé et du confort de mes animaux, j'ai découvert l’homéopathie il y a 2 ans. L’objectif étant de se perfectionner pour réduire les traitements avec les médicaments vétérinaires. Je suis des formations (2 à 3 journées par an) : une partie théorique en salle et pour la partie pratique nous allons les exploitations de chacun des participants. Je suis adhérent Mont Lait depuis sa création car cela permet de valoriser les produits issus du territoire difficile qu’est la montagne. Il faut croire aux projets et les mettre en avant pour les faire grandir !! Cette année avec l'arrivée des beaux jours, mes vaches ont pu retrouver les pâturages dès le 1° mars. Sur la 1ère photo, on peut voir Naomie, Occitane, Niagara et Mignonne. Je choisis les noms des veaux en fonction de celui de la mère (cela m'aide à retrouver les ascendances). La mère de Naomie est Légende, la mère d’Occitane est Lozère, la mère de Niagara est Lola, la mère de Mignonne est Jolie. Sur la 2ème photo, on peut voir Lola : sa mère est Héroïne et Marquise dont la mère est Histoire.
Darony et Clément
Darony et Clément
Darony et Clément
Darony et Clément
Cette semaine, nous retrouvons Clément et Darony du GAEC TEISSANDIER à Lajo en Lozère. Ils sont mariés, 2 enfants et ont créé en 2013 le GAEC entre époux. Au tout début, c’était une exploitation individuelle crée en 1985 avec un bâtiment en stabulation logette de 30 places, ainsi que des anciens bâtiments pour les jeunes animaux à l’attache et en stabulation paillée. Le GAEC a été créé pour moderniser pour améliorer les conditions de travail et le confort des animaux : nous avons créé et aménagé une stabulation logette caillebottis de 70 places et une grange. Clément a repris l’entreprise familiale en 2009 avec un cheptel de bovin lait de 40 vaches. Il a d’abord créé le GAEC avec son père. Darony s’est installée en 2013 suite au départ à la retraite de son beau-père. Clément : j’ai été bercé dans le milieu agricole depuis tout petit. J’ai poursuivi mes études au lycée agricole de Civergols à Saint Chely d’Apcher. J’ai effectué des stages dans différentes productions et cela m’a amené à m’installer sur l’exploitation de mon père. Ce qui me préoccupe c’est la perte des exploitations qui ne trouvent pas de repreneurs et les petits villages qui se vident petit à petit. Darony : je ne suis pas issue du monde agricole, mais je pratique l’équitation. J’ai fait mes études en BEPA activités Hippiques, puis en bac pro au même lycée que Clément. Mon autre passion à côté des vaches, ce sont les chevaux J’en fais depuis l’âge de 4 ans et j’ai transmis cette passion à notre fille. Je suis juge dans le monde de l’équitation dans les 3 principales disciplines : Concours de Saut d’Obstacles, le dressage et le concours complet. Une femme dans l’agriculture se doit d’être courageuse car pour beaucoup de personne cela reste un métier d’homme. Il faut de la passion, de la détermination et le sens de l’organisation surtout quand on est parent !
Patrice
Patrice
Patrice
Patrice
Cette semaine, nous retrouvons Patrice du GAEC DE LA VEYSSAIRE à Landos (43). Nous sommes en Gaec avec mon beau-frère sur la commune de Landos en Haute Loire à 1120m d’altitude, avec une dominante élevage. Nous étions en Gaec chacun de notre côté avec nos pères qui ont pris leur retraite. Ils ont été remplacés par nos mères à la création du Gaec de La Veyssaire en 2007. Depuis nos mères ont fait valoir leurs droits à la retraite et nous nous retrouvons à 2 pour l’instant. L’exploitation s’étend sur 215 ha : ¾ d’herbe et le reste est en céréales et lentilles vertes du puy AOC. Pour ma part je suis pompier volontaire depuis 20 ans sur la commune de Landos où le centre réalise entre 100 et150 interventions par an pour la population des alentours. C’est une tâche qui est intéressante qui demande de la disponibilité, de la rigueur dans les soins apportés ainsi que de la compréhension de la détresse des victimes et de l’entourage et qui reste essentielle dans nos campagnes.
David et Sébastien
David et Sébastien
David et Sébastien
David et Sébastien
Cette semaine, nous retrouvons le GAEC DES CAPITOLIENS à St Julien Chapteuil, Haute Loire. Le GAEC est composé de moi-même David Malet, 40 ans, 2 enfants, célibataire et de mon frère Sébastien 42 ans, marié 3 enfants. Je me suis installé en 2013 avec mon père et nous avons formé le GAEC. Il est sorti du GAEC en 2017 et a été remplacé par mon ex-femme puis par mon frère. Nous avons créé le GAEC pour essayer de nous libérer du temps. Sur l’exploitation, nous avons deux ateliers : vaches laitières (60) et volailles label rouge. Nous faisons pâturer les vaches le plus possible : nous les sortons tôt et les rentrons tard. Les vêlages sont en juillet et en août et nous produisons 380 000 litres de lait sur l’année. Le prix du lait ne nous ai pas payé à sa juste valeur, heureusement Mont Lait nous aide dans notre rémunération. Nous faisons notre métier par passion sinon nous ne serions pas agriculteurs ! Nous faisons des animations en magasins dès que possible car nous avons aussi des responsabilités extra agricoles.
Brigitte et Loic
Brigitte et Loic
Brigitte et Loic
Brigitte et Loic
Le GAEC des GOGNES est composé de 2 associés, mon fils Loïc et moi. Un long chemin a précédé cette étape. J’épouse Daniel en 1984. Il est déjà installé sur la ferme familiale agrandie par la location d’un « domaine » de 45 ha. Nous travaillons donc ensemble sans que je n’aie un statut particulier. Notre famille s’agrandit avec Loïc en 1986 et Elsa en 1989. En 1999 s’offre à moi la possibilité de devenir « conjoint collaborateur »…Un premier pas !!! Et puis l’autorisation de faire un GAEC entre époux nous permet de créer le GAEC des GOGNES avec le sentiment pour moi d’être enfin reconnue aux yeux de l’administration. En parallèle Loïc passe un bac STAE, un BTS ACSE, travaille dans des entreprises proches de l’agriculture, devient salarié à temps partiel du GAEC, et enfin intègre ce dernier en janvier 2021. Adhérents de la première heure de l’APLM nous avons eu le plaisir d’accueillir des touristes lors de notre journée « ferme ouverte ». Nous avons beaucoup échangé et nous avons eu le sentiment de leur apprendre beaucoup. C’était nouveau pour moi. En effet notre métier est prenant et nous pouvons parfois avoir le sentiment d’être isolés. Heureusement les activités extérieures nous apportent le contact nécessaire à une vie sociale agréable. Je suis présidente d’une caisse locale du crédit agricole. Ce poste me permet de rencontrer du monde, d’apprendre, de me former. Mais mon loisir favori est la danse country !! Je partage avec mon groupe d’agréables moments d’amitié, de rigolade, et grâce à cette association je peux de temps en temps partir en week end ! Et oui, les vacances sont rares pour nous…. Loïc a lui aussi ses responsabilités : conseiller municipal, membre des JA, adhérent à un club de moto. Malgré les difficultés de notre métier, la vie à la campagne, la nature, notre travail chaque jour différent nous apportent une diversité dont on ne se lasse pas.
Vincent
Vincent
Vincent
Vincent
Cette semaine, nous retrouvons Vincent du GAEC D’AURELLES à Chateauneuf de Random en Lozère. Le GAEC est composé de mon père et moi depuis 2015. Avant le GAEC j’ai été salarié de 2005 à 2015. Notre exploitation de 94 hectares est située à 1180m d’altitude, nous nourrissons les animaux uniquement avec de l’herbe. Nous avons 35 vaches plus le renouvèlement en race Abondance. J’ai une passion pour cette race. Avant nous achetions les vaches et maintenant nous faisons du renouvèlement afin d’obtenir un troupeau homogène. Quand se sera le cas, nous ferons peut-être des concours. J’ai deux enfants de 6 ans et 2 mois, la vache qui est sur la photo est celle de l’un d’eux. Nous sommes adhérents à l’association depuis sa création et faisons dès que nous le pouvons des animations en magasin.
Didier
Didier
Didier
Didier
Cette semaine, nous retrouvons Didier, à St Christophe en Aveyron. J’ai repris l’exploitation en 2005 suite au départ à la retraite de mon père. Je suis en individuel, mon frère m’aide pour les travaux des champs et le salarié de la Cuma intervient 1 à 2 jours par mois. J’ai 28 vaches et les génisses de renouvellement sur l’exploitation. J’exerce un autre métier : je suis technicien troupeau bovin lait. Mes journées sont donc longues surtout en hiver quand vaches et génisses sont dedans. Ayant une petite exploitation, j'ai souhaité conserver cette activité que j'exerçais avant mon installation par passion et pour conforter les revenus de ma ferme. J’aime les vaches et mon métier de producteur de lait. Je me souci de la santé et du confort de mes animaux, j'ai découvert l’homéopathie il y a 2 ans. L’objectif étant de se perfectionner pour réduire les traitements avec les médicaments vétérinaires. Je suis des formations (2 à 3 journées par an) : une partie théorique en salle et pour la partie pratique nous allons les exploitations de chacun des participants. Je suis adhérent Mont Lait depuis sa création car cela permet de valoriser les produits issus du territoire difficile qu’est la montagne. Il faut croire aux projets et les mettre en avant pour les faire grandir !! Cette année avec l'arrivée des beaux jours, mes vaches ont pu retrouver les pâturages dès le 1° mars. Sur la 1ère photo, on peut voir Naomie, Occitane, Niagara et Mignonne. Je choisis les noms des veaux en fonction de celui de la mère (cela m'aide à retrouver les ascendances). La mère de Naomie est Légende, la mère d’Occitane est Lozère, la mère de Niagara est Lola, la mère de Mignonne est Jolie. Sur la 2ème photo, on peut voir Lola : sa mère est Héroïne et Marquise dont la mère est Histoire.
Darony et Clément
Darony et Clément
Darony et Clément
Darony et Clément
Cette semaine, nous retrouvons Clément et Darony du GAEC TEISSANDIER à Lajo en Lozère. Ils sont mariés, 2 enfants et ont créé en 2013 le GAEC entre époux. Au tout début, c’était une exploitation individuelle crée en 1985 avec un bâtiment en stabulation logette de 30 places, ainsi que des anciens bâtiments pour les jeunes animaux à l’attache et en stabulation paillée. Le GAEC a été créé pour moderniser pour améliorer les conditions de travail et le confort des animaux : nous avons créé et aménagé une stabulation logette caillebottis de 70 places et une grange. Clément a repris l’entreprise familiale en 2009 avec un cheptel de bovin lait de 40 vaches. Il a d’abord créé le GAEC avec son père. Darony s’est installée en 2013 suite au départ à la retraite de son beau-père. Clément : j’ai été bercé dans le milieu agricole depuis tout petit. J’ai poursuivi mes études au lycée agricole de Civergols à Saint Chely d’Apcher. J’ai effectué des stages dans différentes productions et cela m’a amené à m’installer sur l’exploitation de mon père. Ce qui me préoccupe c’est la perte des exploitations qui ne trouvent pas de repreneurs et les petits villages qui se vident petit à petit. Darony : je ne suis pas issue du monde agricole, mais je pratique l’équitation. J’ai fait mes études en BEPA activités Hippiques, puis en bac pro au même lycée que Clément. Mon autre passion à côté des vaches, ce sont les chevaux J’en fais depuis l’âge de 4 ans et j’ai transmis cette passion à notre fille. Je suis juge dans le monde de l’équitation dans les 3 principales disciplines : Concours de Saut d’Obstacles, le dressage et le concours complet. Une femme dans l’agriculture se doit d’être courageuse car pour beaucoup de personne cela reste un métier d’homme. Il faut de la passion, de la détermination et le sens de l’organisation surtout quand on est parent !
Patrice
Patrice
Patrice
Patrice
Cette semaine, nous retrouvons Patrice du GAEC DE LA VEYSSAIRE à Landos (43). Nous sommes en Gaec avec mon beau-frère sur la commune de Landos en Haute Loire à 1120m d’altitude, avec une dominante élevage. Nous étions en Gaec chacun de notre côté avec nos pères qui ont pris leur retraite. Ils ont été remplacés par nos mères à la création du Gaec de La Veyssaire en 2007. Depuis nos mères ont fait valoir leurs droits à la retraite et nous nous retrouvons à 2 pour l’instant. L’exploitation s’étend sur 215 ha : ¾ d’herbe et le reste est en céréales et lentilles vertes du puy AOC. Pour ma part je suis pompier volontaire depuis 20 ans sur la commune de Landos où le centre réalise entre 100 et150 interventions par an pour la population des alentours. C’est une tâche qui est intéressante qui demande de la disponibilité, de la rigueur dans les soins apportés ainsi que de la compréhension de la détresse des victimes et de l’entourage et qui reste essentielle dans nos campagnes.
David et Sébastien
David et Sébastien
David et Sébastien
David et Sébastien
Cette semaine, nous retrouvons le GAEC DES CAPITOLIENS à St Julien Chapteuil, Haute Loire. Le GAEC est composé de moi-même David Malet, 40 ans, 2 enfants, célibataire et de mon frère Sébastien 42 ans, marié 3 enfants. Je me suis installé en 2013 avec mon père et nous avons formé le GAEC. Il est sorti du GAEC en 2017 et a été remplacé par mon ex-femme puis par mon frère. Nous avons créé le GAEC pour essayer de nous libérer du temps. Sur l’exploitation, nous avons deux ateliers : vaches laitières (60) et volailles label rouge. Nous faisons pâturer les vaches le plus possible : nous les sortons tôt et les rentrons tard. Les vêlages sont en juillet et en août et nous produisons 380 000 litres de lait sur l’année. Le prix du lait ne nous ai pas payé à sa juste valeur, heureusement Mont Lait nous aide dans notre rémunération. Nous faisons notre métier par passion sinon nous ne serions pas agriculteurs ! Nous faisons des animations en magasins dès que possible car nous avons aussi des responsabilités extra agricoles.
Brigitte et Loic
Brigitte et Loic
Brigitte et Loic
Brigitte et Loic
Le GAEC des GOGNES est composé de 2 associés, mon fils Loïc et moi. Un long chemin a précédé cette étape. J’épouse Daniel en 1984. Il est déjà installé sur la ferme familiale agrandie par la location d’un « domaine » de 45 ha. Nous travaillons donc ensemble sans que je n’aie un statut particulier. Notre famille s’agrandit avec Loïc en 1986 et Elsa en 1989. En 1999 s’offre à moi la possibilité de devenir « conjoint collaborateur »…Un premier pas !!! Et puis l’autorisation de faire un GAEC entre époux nous permet de créer le GAEC des GOGNES avec le sentiment pour moi d’être enfin reconnue aux yeux de l’administration. En parallèle Loïc passe un bac STAE, un BTS ACSE, travaille dans des entreprises proches de l’agriculture, devient salarié à temps partiel du GAEC, et enfin intègre ce dernier en janvier 2021. Adhérents de la première heure de l’APLM nous avons eu le plaisir d’accueillir des touristes lors de notre journée « ferme ouverte ». Nous avons beaucoup échangé et nous avons eu le sentiment de leur apprendre beaucoup. C’était nouveau pour moi. En effet notre métier est prenant et nous pouvons parfois avoir le sentiment d’être isolés. Heureusement les activités extérieures nous apportent le contact nécessaire à une vie sociale agréable. Je suis présidente d’une caisse locale du crédit agricole. Ce poste me permet de rencontrer du monde, d’apprendre, de me former. Mais mon loisir favori est la danse country !! Je partage avec mon groupe d’agréables moments d’amitié, de rigolade, et grâce à cette association je peux de temps en temps partir en week end ! Et oui, les vacances sont rares pour nous…. Loïc a lui aussi ses responsabilités : conseiller municipal, membre des JA, adhérent à un club de moto. Malgré les difficultés de notre métier, la vie à la campagne, la nature, notre travail chaque jour différent nous apportent une diversité dont on ne se lasse pas.